648x415 ecole lyon 2 septembre 2014Le SNE félicite notre président pour son élection. Il espère que le renouveau annoncé permettra un dialogue social plus ouvert, écoutant toutes les voix ; y compris les plus éloignées, par rapport aux décisions prises.

 Ce ne fut pas le cas lors de la mise en place de la semaine de 4 jours et demi. L’unisson était alors de mise mais pas l’harmonie. C’est le moins que l’on puisse dire.

Résonnant de toute sa dissidence, le SNE a fait front, presque seul contre cette réforme qui, est-il bon de le rappeler montre aujourd’hui toutes ses limites.

Le Président a annoncé, pour l’été, un  décret qui autoriserait les communes à aménager ou à quitter le cadre de la réforme de Vincent Peillon, tant décriée depuis sa mise en place en 2013.

Le SNE aurait aimé que cette liberté soit associée à l’égalité. En effet, comment peut-on imaginer, alors que des voix dissonantes sur le sujet commencent déjà à se faire entendre, que la décision de nos Maires sera facile à prendre.

D’après le mouvement « En Marche », les communes » auront jusqu'en 2019 pour préciser leur choix » et décider - ou non - de revenir à la semaine de 4 jours et ses six heures de classe quotidiennes.

Les bases d’une cacophonie organisée sont dès lors posées et le sentiment d’inégalité sera grand selon le dispositif retenu.

Pour le SNE, il n’existe qu’une seule décision à prendre, qu’une seule solution, afin de ne pas verser dans l’anarchie et éviter toute iniquité :

Décider, comme le fit Monsieur Darcos en 2008, d’appliquer à tous la semaine de 4 jours et de permettre des dérogations.

Souvenons-nous : dans accord majeur parfait, près de 90% des écoles étaient passées aux 4 jours ...

… Si c’est votre souhait également pour la rentrée 2017, envoyez la lettre ci-jointe au Président de la République (cliquez ici). L'avis des professeurs doit compter aussi, et il vaut plus que le prix d'un timbre.

Gilles Leleux, secrétaire général pédagogie SNE54

Pin It